Villa contemporaine en bois

Nicolas Dahan architecte
2019
Soulac-sur-Mer (33)
1 768 000 €

 

 

220 m²
Terrain : 4 000 m²
5 chambres
3 salles d’eau

Description

Une villa minimaliste à deux pas de l’océan

Cette splendide villa de vacances familiale a été réalisée par l’architecte Nicolas Dahan en 2019, au cœur de 4 000 m² de pinède, à quelques pas de la plage.

Entièrement de plain-pied, la villa développe une surface de 220 m² habitable. Elle comprend un vaste espace de vie de 117 m² avec cuisine ouverte et salon, cinq chambres, une salle de bain et deux salles d’eau.

Au sous-sol, un vestiaire avec pièce d’eau et des locaux techniques et de stockage complètent l’ensemble.

Située à l’écart du centre-ville de Soulac-sur-Mer, la villa s’adosse à la forêt des Landes et profite de l’environnement exceptionnel de la Côte d’Argent et de ses plages interminables.

Ode à la nature

La maison semble avoir été délicatement posée sur le sable de la pinède. Son horizontalité affirmée et l’élégante simplicité de son dessin évoquent le modèle de la villa californienne, toute en longueur et en transparence. Chaque pièce s’ouvre largement sur le paysage grâce aux murs de verre coulissants toute hauteur, qui ménagent des perspectives vers l’extérieur et l’intérieur. Les espaces sont balayés par les ombres projetées des pins et des chênes tout au long de la journée.

La structure du toit, formée de 136 caissons de mélèze, rythme l’espace intérieur de sa trame en damier, en miroir avec le sol composé de dalles d’okoumé aux dimensions rigoureusement identiques. L’aménagement intérieur minimaliste fait la part belle au bois, pour un espace serein et chaleureux.

Intéressé par ce bien ?

Prix demandé : 1 768 000 €. Les honoraires sont de 4% TTC inclus à la charge de l’acquéreur.
Prix hors honoraires : 1 700 000 €

Pleine propriété.

DPE

GES

Un exercice savant d’ingénierie du bois

L’apparente simplicité de la construction cache en réalité un chantier conséquent. Le bois, préfabriqué en atelier, a été assemblé sur place sous un entrepôt élevé spécialement pour protéger la construction des éléments, car le niveau d’exigence des finitions interdisait tout humidité. Aucun élément de fixation n’est apparent, et l’ensemble a été minutieusement poncé pour obtenir une finition habituellement employée pour le mobilier. Les baies vitrées, de plus de 3 mètres de hauteur, (contre 2,20 m pour les baies standard) ont été réalisées par un des cinq prestataires au monde à même de produire de si vastes surfaces de verre aisément manipulables.

L’architecte a poussé le verre et le bois au maximum de leurs performances techniques. Les 2/3 de la construction reposent sur des murs de verre, trop légers pour maintenir le toit en cas de tempête. Ce dernier a été lesté avec des plaques d’acier, et la structure de la maison est ancrée au sol grâce à des murs de béton.