Vendu

Villa Aloha

Jean Reitz architecte
1965
Fréjus (83)
VENDU

 

 

170 m²
Terrain : 1 900 m²
4 chambres
Piscine

Description

Un bijou moderniste dans un cadre naturel préservé

Cette superbe villa de vacances a été construite en 1965 par l’architecte lorrain Jean Reitz. Inspiré par les réalisations californiennes de Richard Neutra, il signe une maison élégante et aérienne, ouverte sur la nature et le panorama.

Au cœur d’un jardin paysager de 1 900 m², la maison déploie une surface habitable de 130 m², à laquelle s’ajoute un studio indépendant de 40 m² au rez-de-jardin.

Une belle entrée distribue d’un côté le salon avec cheminée entièrement ouvert grâce à une immense baie à galandage sur une terrasse avec piscine, une salle à manger et une cuisine équipée SMEG. Elle ouvre également sur la partie nuit qui se compose de trois chambres et deux salles de bain.

A l’extérieur un escalier descend vers le studio indépendant équipé d’une kitchenette et d’une salle d’eau. Un hublot donnant sur la piscine colore la pièce d’une agréable lumière bleutée.

Tournés vers une vue dégagée sur les collines verdoyantes, les espaces de vie s’ouvrent sur une superbe piscine de 8×8 mètres de forme libre avec mosaïques d’origine, et profitent de plus de 120 m² de terrasses étagées sur deux niveaux.

Un garage de 30 m² est relié à la maison par une coursive couverte qui longe la façade arrière. La propriété comprend également un cabanon de 10 m² aménageable en chambre supplémentaire. Une cave et une pièce technique complètent l’ensemble.

A 45 minutes de Cannes et de Saint-Tropez et 50 minutes de l’aéroport international Nice Côte d’Azur, la propriété profite d’un calme absolu dans le secteur de la Tour de Mare, très recherché pour la qualité de son environnement, sa facilité d’accès et son histoire. Ce quartier a été créé dans les années 1960 par un banquier niçois, avec pour objectif d’offrir un lieu de loisirs et de vacances pour les touristes saisonniers. Le poète Jean Cocteau y a notamment signé une chapelle octogonale avec la collaboration de l’architecte Jean Triquenot.

Le secteur offre une large sélection d’activités culturelles, de sports nautiques en mer et en rivière et des randonnées dans le massif de l’Estérel sont accessibles depuis la maison. Les Golfs de Valescure ou de l’Estérel sont également à proximité.

Synthèse des arts

Réalisée dans un esprit de synthèse des arts caractéristique des années 1960, la villa offre des espaces ouverts et lumineux entre intérieur et extérieur, avec un décor travaillé à l’esprit pop et graphique. Les éléments constitutifs de ses aménagements ont été dessinés spécifiquement pour le projet et réalisés sur mesure, dans une palette de matériaux nobles. Dans l’espace de vie, la cheminée sculpturale, le mobilier intégré en bois aux dessin arrondi et les huisseries des ouvertures se répondent et composent une esthétique élégante et chaleureuse.

Ce travail se poursuit dans les espaces extérieurs et sur les différentes terrasses de la propriété, jusqu’au portail d’entrée. Les balustrades des terrasses aux ornements géométriques reprennent ainsi les couleurs des mosaïques de la piscine trapézoïdale.

Un projet paysager

La villa s’élève au sein d’un magnifique parc paysager planté de palmiers, de chênes lièges, d’oliviers, de cactées, d’agrumes et autres arbustes méditerranéens.

Conçu dans une démarche d’intégration au site, le bâti horizontal de la maison mêle le béton enduit et la pierre de pays et se fond parfaitement à la topographie du terrain. Il tire partie du dénivelé pour dégager des vues sur le paysage, tout en protégeant l’intimité des habitants des regards extérieurs.

Jean Reitz

Né à Briey en 1929, Jean Reitz est formé à l’Ecole régionale d’architecture de Nancy, aux ateliers de Paul La Mache et Michel Folliasson, d’où il sort diplômé en 1960. Il commence à travailler avec son père, André Reitz, dans les années 1950 à Briey. Ils s’associent officiellement en 1958 et cosignent leurs projets jusqu’à la retraite d’André en 1978. Jean Reitz exerce jusqu’en 2000.

Il travaille notamment sur une maison individuelle pour M. P. Giry avec Georges-Henri Pingusson et André Reitz en 1958, et prend la suite de G-H Pingusson sur le projet de complexe scolaire réalisé à Briey en 1961.