Studio

Jean Ginsberg, André Ilensky et François Heep
1952
Paris 16ème
590 000 €

 

01 53 00 97 44

Notice d'expertise

 

51 m²
Salle de bain
Studio
Cave

Description

Un studio à rénover dans un immeuble moderne du Quartier d’Auteuil

Ce studio avec vue sur jardin est situé dans un immeuble de 1952 conçu par les architectes Jean Ginsberg, André Ilinski et François Heep.

Au calme et sans vis-à-vis, le studio développe une surface de 51 m² et comprend une entrée, une cuisine ouverte, une pièce de vie de 40 m² et une salle de bain. Une cave complète l’ensemble.

Il bénéficie d’une exposition nord-ouest et offre de jolies vues sur jardin. Son parquet d’origine a été conservé et il est possible de le réaménager en deux-pièces.

A rénover entièrement.

La résidence dispose d’un toit-terrasse en copropriété, d’un gardien et d’un local à vélo.

La résidence est située dans le 16ème arrondissement, à proximité de la station de métro Chardon-Lagache (ligne 10).

Modernité et synthèse des arts

Le chantier de construction de cet immeuble débute en 1936, sous la houlette de l’architecte François Heep. Il est interrompu, au niveau des fondations, du fait de la crise économique, puis de la Seconde guerre. Il reprend après la guerre sous la direction de Jean Ginsberg et d’André Ilinsky et s’achève en 1952.

L’immeuble présente un plan en H et se constitue de deux corps de bâtiment parallèles reliés au centre par les parties communes. Sa façade sur rue, très sobre, se caractérise par la répétition d’un unique module de fenêtre à guillotine. Au rez-de-chaussée, des jardinières installées entre les poteaux de soutien dessinent un espace intermédiaire en retrait de la rue, sous un léger porte-à-faux de la façade.

Cet immeuble se caractérise par un fort contraste entre l’austérité des façades, constituées d’éléments préfabriqués, et la liberté formelle et plastique des parties communes et du toit-terrasse aux courbes audacieuses soulignées d’aplats de couleurs primaires.

Jean Ginsberg fait partie des architectes qui, durant les années 1950-1960, associent des artistes et des plasticiens à la réalisation des parties communes et des espaces extérieurs de ses projets d’immeubles de logement. Le jardin est agrémenté de fresques colorées en mosaïque signées par l’artiste Wilfredo Arcay.

Intéressé par ce bien ?

01 53 00 97 44

Prix demandé : 590 000 €. Les honoraires TTC sont inclus à la charge du vendeur.
Copropriété. Nombre de lots : NC.
Montant moyen annuel de la quote-part des charges courantes : NC.

DPE EN COURS

Plan d’un étage courant de l’immeuble, composé de trois studios sur cour, d’un deux-pièces et d’un trois-pièces sur rue

Jean Ginsberg

D’origine polonaise, Jean Ginsberg (1905-1983) appartient à la première génération d’architectes modernistes formés par Robert Mallet-Stevens et Le Corbusier. Il étudie l’architecture en France à l’École spéciale d’architecture, où enseigne alors Robert Mallet-Stevens, puis intègre l’atelier de Joseph Marrast à l’École des beaux-arts. Ses études terminées, il travaille quelques mois chez Le Corbusier, puis chez André Lurçat, avant d’ouvrir en 1930 sa propre agence. Sa formation auprès de figures de l’avant-garde influence son œuvre, tant du point de vue esthétique que constructif.

Les immeubles qu’il construit à Paris, destinés à une clientèle aisée, allient des façades modernes à de nouvelles normes de confort. Dans le 16ème arrondissement, il réalise plusieurs immeubles dont la modernité est affirmée, comme l’immeuble du 42 avenue de Versailles à l’angle demi-circulaire ou l’immeuble du 5 avenue Vion-Whitcomb à la façade graphique, qu’il construit avec son associé François Heep.