Nova House 1

Studio Rochel
Michel Hudrisier & M. Roma architectes
1972
250 000 €

 

01 53 00 97 44

 

45 m²
Terrasse : 20 m²
Architecture démontable

Description

Une architecture mobile iconique

La Nova House est une microarchitecture mobile conçue en 1972 par les architectes Michel Hudrisier et M. Roma pour le Studio Rochel. Editée à très peu d’exemplaires, il s’agit d’un module d’habitat novateur emblématique de l’architecture prospective des années 1970.

Elle offre une superficie de 45 m² librement aménageable, à laquelle s’ajoute une terrasse en bois de 20 m².

La Nova House prend la forme d’une bulle recouverte d’une carapace d’aluminium. Elle présente une ossature d’arches en tubes d’acier galvanisé, boulonnées sur un piètement de type Eiffel. Sa peau extérieure se compose de 180 lames flexibles en alliage d’aluminium, spécialement brevetées pour le projet, qui épousent la forme ovoïde de la structure.

L’ensemble est d’origine et a fait l’objet d’une restauration dans le respect des préconisations de l’architecte. Les deux façades en bois et plexiglas ont été reconstruites, les visseries sont neuves.

Un habitat nomade

Le Studio Rochel développe la Nova House entre 1972 et le début des années 1980 dans le Sud-Ouest de la France. Conçu comme une architecture de villégiature, le projet répond au développement des congés payés et des loisirs, à une période où la société occidentale rêve d’une mobilité infinie.

Léger, résistant et facile à mettre en œuvre, l’aluminium permet la réalisation d’une architecture nomade, facilement transportable. Le transport, le stockage, le montage et le démontage de l’ensemble sont aisés. Livrée en kit, elle ne nécessite pas de creuser des fondations pour son installation. Il faut compter une semaine de montage pour assembler les 180 lattes métalliques sur la structure en charpente.

La Nova House a été conçue pour pouvoir être installée dans tous les contextes topographiques et pour s’adapter et résister à tous les climats.

Une architecture Pop

Avec sa forme ovoïde aux reflets argentés, la Nova House surgit comme un objet iconique de la Pop culture : une architecture légère, flexible, éphémère… en rupture avec les vertus cardinales de la discipline (permanence, solidité, statique) ; un objet cybernétique, tout droit sorti de l’espace orbital et d’un imaginaire de science-fiction ; un lieu de vie organique, porté par une quête de mobilité permanente, au plus près de la nature environnante et toujours connecté aux désirs fluctuants de l’individu.

Les choix plastiques et son mode de commercialisation font de cette maison une habitation anticonformiste et futuriste, à la fois objet de consommation et architecture industrielle préfabriquée. Révélatrice de l’imaginaire architectural de l’époque, la bulle dépasse l’orthogonalité moderne et offre une solution architecturale modulable couplée à un nouvel urbanisme flexible et organique, articulant aisément les échelles individuelles et collectives.

Proche du groupe Archigram par son esprit expérimental, et d’architectes tels que Pascal Häusermann, Jean Maneval ou Antti Lovag par ses formes organiques et sa silhouette ovoïde, la Nova House apparait comme une synthèse des tendances de son époque, une réalisation emblématique d’un moment de questionnement de l’architecture.

Intéressé par ce bien ?

01 53 00 97 44

Prix demandé : 250 000 €. Honoraires à la charge du vendeur.

Crédits photos : Stephan Julliard

DPE NON DISPONIBLE

Un partenariat inédit avec la Galerie Clément Cividino

Reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes dans le design et l’architecture du 20e siècle, Clément Cividino incarne la génération montante des galeristes « chercheurs d’architecture ».

Collectionneur depuis une quinzaine d’années, curateur, il a contribué par son oeil averti à mettre en lumière les travaux de plusieurs architectes, designers et artistes du second 20e siècle – notamment Georges Candilis, Jean Paul Barray ou les Simonnet. Au fil du temps, Clément Cividino constitue ainsi une collection aussi exigeante que diversifiée, à partir de laquelle il conçoit des expositions originales, structurées et scénographies autour du dialogue entre œuvres d’art, objets et documentation.

Depuis 2015, il développe une collaboration avec le domaine viticole de Terra Remota, en Espagne, dont il investit régulièrement les espaces pour exposer oeuvres d’art monumentales et installations à ciel ouvert.