A vendre en exclusivité

Maison brutaliste avec jardin

Michel Aubry architecte
1963
Suresnes (92)
890 000 €
EXCLUSIVITE

 

01 53 00 97 44

 

106 m²
Terrain: 208 m²
3 chambres
Terrasses

Description

Une maison sixties aux inspirations corbuséennes

Immergée dans la végétation, cette maison familiale a été construite en 1963 par l’architecte urbaniste Michel Aubry sur le Haut de Suresnes, à proximité immédiate du Mont Valérien. Elle met en œuvre le béton, la brique, le bois et le verre dans un esprit brutaliste.

Sur un terrain de 208 m² la maison est encadrée par deux jardins et est mitoyenne sur un côté. Elle bénéficie d’une orientation Nord-est Sud-ouest et développe une surface habitable de 106 m² répartie sur 5 demi-niveaux. 

Légèrement en retrait et invisible depuis la rue, elle se situe en position dominante par rapport à son terrain et est accessible par un escalier extérieur. Une entrée mène à un salon de 20,5 m² et un jardin d’hiver de 21,5 m² ouvrant sur le jardin arrière par de grandes baies coulissantes.

L’étage supérieur est desservi par un très bel escalier central ajouré en bois exotique Niangon et métal, au design graphique, et comprend une salle à manger de 19 m² avec cheminée en béton brut et cuisine équipée réalisée sur mesure avec des placards en bois astucieusement agencés, des jardinières et un revêtement mural en carreaux de céramique artisanale blanche d’Italie. L’ensemble ouvre sur une terrasse ombragée par la végétation luxuriante.

Quelques marches plus haut se situent une petite chambre avec lavabo, bibliothèque en bois conçue sur mesure intégrant un bureau escamotable, une seconde chambre et une salle de bain. Ces deux chambres sont reliées entre elles par un balcon filant.

Le dernier niveau accueille un grand bureau ou chambre de 19 m² ouvrant sur deux terrasses végétalisées offrant une vue dégagée sur le panorama.

Avec cave et chaufferie.

Cette maison est située dans le centre de Suresnes avec toutes les commodités de proximité (marchés, commerces, transports, écoles).

Esprit corbuséen

L’architecture de cette maison puise dans les codes corbuséens, tant au niveau des matériaux mis en œuvre – comme le béton brut de décoffrage, la brique, le bois et le verre – que dans sa spatialité. L’ardoise naturelle au sol dans les espaces de vie crée une continuité visuelle, la brique creuse aux plafonds et le parquet dans les chambres apportent de la chaleur.

Michel Aubry prend le parti de surélever la maison afin de faire profiter les espaces de vie de vues dégagées sur les environs. Les nombreux vitrages au dessin orthogonal appliquent les proportions du Modulor et cadrent divers points de vue sur le ciel, la cime des arbres, le jardin et l’horizon, créant une atmosphère propice à la sérénité. L’architecte tire parti de l’étroitesse de la parcelle en créant une cage d’escalier centrale transparente permettant ainsi des vues traversantes d’où que l’on soit. Cette composition toute en verticalité s’anime par des jeux de volumes, des demi-niveaux et des percées visuelles qui aèrent la structure de l’ensemble.

Maison Jaoul, Le Corbusier architecte, 1955, Neuilly-sur-Seine
© DR

Le brutalisme et l’influence de Le Corbusier

Défini par le critique anglo-saxon Reyner Banham, le brutalisme se caractérise par la mise en avant du matériau structurel et l’absence d’ornement, qui s’affirment dans l’expressivité du béton brut.

Le courant brutaliste des années 1950-1970 s’illustre notamment dans les réalisations de la seconde partie de la carrière de Le Corbusier. Les maisons Jaoul (1953-1955, Neuilly-sur-Seine) constituent un des premiers exemples de ce courant. En rupture avec les acquis du Mouvement Moderne que Le Corbusier avait lui-même établis en 1926, elles affichent leurs matériaux dans leur nudité – béton brut, brique apparente et bois naturel – et sont classées au titre des Monuments historiques depuis 1966.

Intéressé par ce bien ?

01 53 00 97 44

Michel Aubry

Michel Aubry (1930-2020) a exercé essentiellement en tant qu’urbaniste. Il débute sa carrière chez Marcel Lods et Eugène Baudouin de 1951 et 1963, sur le Domaine des Grandes Terres à Marly-le-Roi.

Il travaille ensuite à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne (IAURP) de 1963 à 1970, sur l’aménagement de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, puis à l’Établissement Public d’Architecture (EPA) de 1971 à 1990 sur les aménagements des communes de Jouy-le-Moutier et Vauréal et sur la conception du cimetière paysager de Cergy-Pontoise.

Il a réalisé quelques maisons individuelles pour des particuliers.

Infos techniques

Prix : 890 000 €
Les honoraires sont à la charge du vendeur.
Pleine propriété.
Taxe foncière : 1 289 €

CLASSE ENERGIE : F / CLASSE CLIMAT : F
Montant moyen estimé des dépenses annuelles d’énergie pour un usage standard, établi à partir des prix de l’énergie de l’année 2021 : entre 2 330 € et 3 200 €.



		

Vous aimerez peut-être aussi…