Appartement sur le port

Jean de Mailly architecte
1954
Toulon (83)
645 000 €

 

 

90 m²
Terrasse & loggia
2 chambres
2 salles de bain

Description

Un appartement sur le port de Toulon

Au quatrième étage d’un immeuble de la Frontale de Toulon, cet appartement offre des espaces lumineux au-dessus de la mer et des bateaux.

Cet appartement traversant développe une surface de 90 m2 Loi Carrez.

Il se compose d’un séjour, d’une salle à manger prolongée par une grande terrasse avec vue panoramique sur le port de Toulon, d’une cuisine équipée et aménagée avec loggia, de deux chambres dont une avec terrasse, d’une salle d’eau et d’une salle de bain.

Les grandes baies vitrées exposées plein Sud ouvrent les espaces sur le ciel, la mer et le port de Toulon. Les poteaux structurels de l’immeuble, laissés apparents et bruts, rythment le volume de l’espace de vie. Des bibliothèques aménagées sur mesure en bois exotique délimitent un espace de lecture et de détente et un espace d’écriture.

Au sol, les carreaux de grandes dimensions, employés aussi bien dans les différentes pièces que sur les terrasses, augmentent la sensation d’espace et brouillent la limite entre intérieur et extérieur. Les terrasses de la chambre et de l’espace de vie sont séparées par un paravent ajouré en béton enduit blanc pour plus d’intimité.

La résidence profite d’un emplacement idéal. Toute la ville est accessible à pied. Six lignes de bus au pied de l’immeuble ; départs en bateau pour les îles et Saint-Mandrier-sur-mer.

La Frontale de Toulon : un modernisme méditerranéen

Les quatre immeubles de la Frontale de Toulon forment une longue barre de huit niveaux, alignée sur le quai piéton. Le rez-de-chaussée et l’entresol sont généralement réservés aux commerces et restaurants, les cinq étages restants et l’attique abritent des logements. Chaque appartement est tourné vers la mer et bénéficie de vues panoramiques grâce aux baies vitrées toute hauteur ouvertes sur un balcon ou une loggia donnant sur le port.

Le dessin orthogonal des immeubles et l’emploi extensif du béton armé, adoucis d’une touche méditerranéenne, rappellent l’approche adoptée par Auguste Perret au Havre. Au sud, sur le quai, les façades alternent balcons et loggias vitrées dans une trame de béton clair entrecoupée de panneaux préfabriqués. Les couleurs lumineuses des volets pliables d’origine et le toit discrètement couvert de tuiles canal confèrent à l’ensemble un esprit chaleureux.

Intéressé par ce bien ?

Prix demandé : 645 000 €. Les honoraires TTC sont inclus à la charge du vendeur.
Copropriété : oui. Lot n° 202.  Montant moyen annuel de la quote-part de charges courantes : 1 260 €. Aucune procédure en cours.

Chauffage électrique individuel.
Taxe foncière : 1 871 €

DPE

GES

Le réaménagement du port de Toulon

Dans l’entre-deux-guerres, Toulon fait l’objet d’un nouveau plan d’aménagement urbain, comme de nombreuses villes françaises. Des études sont réalisées dès 1922.

En 1944, l’architecte Louis Madeline est désigné pour mener le chantier de Reconstruction, et sera finalement remplacé par Jean de Mailly en 1950. Son projet de réaménagement du port consiste à substituer aux anciens îlots d’immeubles, larges et profonds, des barres de faible épaisseur, afin d’alléger la densité urbaine.

L’architecte Jean de Mailly

Jean de Mailly (1911-1975) étudie aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Charles Lemaresquier. Il suit également l’enseignement de Louis Madeline dont il prendra la suite lors du projet de reconstruction de la ville de Toulon. Premier Grand Prix de Rome en 1945 et architecte en chef des Bâtiments Civils et Palais nationaux en 1948, il est reconnu lors de la Reconstruction pour son projet pour la ville de Sedan. Il est nommé « architecte-conseil de l’Etat pour la Méditerranée » par Eugène Claudius-Petit et intervient sur reconstruction de Toulon et de la Seyne-sur-Mer dont il conçoit l’Hôtel de ville. Il est également reconnu pour avoir réalisé le CNIT à La Défense, en collaboration avec Robert Camelot, Bernard Zehrfuss et l’ingénieur Jean Prouvé.

Il fait partie du groupe Espace initié par André Bloc en 1951 pour promouvoir le néo-constructivisme, le néo-plasticisme et la synthèse des arts à l’échelle sociale et urbaine.