• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

À vendre

Villa d’architecte méditerranéenne

René Egger

1955

Marseille 13

4 300 000 €

500 m² | 7 chambres

Description

Une villa d'architecte années 50 avec vue sur les calanques !

Cette somptueuse villa  méditerranéenne a été construite en 1955 et profite d’une vue spectaculaire sur la rade de Marseille et le massif des calanques.

Au sud de Marseille (7e arrondissement), la bâtisse surplombe les plages et se situe à l’intérieur d’un parc entièrement sécurisé à flanc de colline.

La villa développe une surface habitable d’environ 500 m² répartie sur deux niveaux.

Le niveau supérieur dédié à la réception profite d’une vue dégagée et accueille un triple salon avec patio ouvert sur le jardin et les terrasses panoramiques, une grande salle à manger avec loggia, une cuisine avec office et lingerie et une suite avec chambre et salle de bain. Le niveau inférieur est desservi par un superbe escalier en bois et comprend l’espace nuit composé de cinq chambres, un salon et un dressing.

L’édifice accueille également un studio indépendant d’environ 50 m² abritant un séjour avec loggia et une chambre, tous deux ouverts sur une terrasse avec un accès jardin. Un parking et un garage complètent l’ensemble.

La maison s’élève à l’ombre des pins au sein d’un très beau terrain d’environ 3200 m² abondamment planté d’essences méditerranéennes et exotiques, sur le magnifique site de l’ancien Château Talabot. Le jardin profite d’une superbe piscine ovoïde  en pâte de verre bleue protégée par un mur de pierres sèches, ainsi que d’un court de tennis.

Edifiée en belvédère et inspirée de l’architecture traditionnelle méditerranéenne, la villa a été bâtie en pierre et en bois tropicaux. Les façades Nord et Est présentent peu d’ouvertures afin de protéger les habitants des vents dominants. La façade Sud est quant à elle percée de nombreuses baies vitrées ouvertes sur de vastes terrasses avec une vue sur mer à couper le souffle.

Un permis de construire a été accordé en 2015 pour une dépendance de 197 m².

Historique

Architecte discret, René Egger (décédé en février 2016) a cependant été l'un des grands bâtisseurs de Marseille entre 1948 et 1974. Après la guerre, il modernise la cité phocéenne sous l'égide de Gaston Defferre, maire de Marseille de l’époque. On lui doit de nombreux équipements tels que l'hôpital de la Timone, l'École d'architecture de Luminy, environ 150 écoles primaires, 6 collèges, 3 lycées, etc.

En période d’après-guerre, l’accent était mis sur la rapidité de construction. René Egger réussit le défi d’élever les écoles en moins de 6 mois : "Alors qu’il fallait un an pour construire une école, nous les avons faites en 5 mois pour qu’elles soient prêtes à la rentrée. On ne pouvait pas laisser les enfants dehors ou dans les baraques laissées par les Allemands", raconte-il au journal en ligne Marsactu. Du fait d’un accès aux matériaux de construction difficile, l’architecte développe un style simple et fonctionnel. Si son architecture a parfois été critiquée, souvent taxée de « brutale », René Egger répondait: "Au sortir du régime de Vichy, il fallait surtout survivre en construisant".

Il construit sa maison en 1955 alors qu’il travaille à la reconstruction du Vieux Port avec Fernand Pouillon, sur une grande parcelle issue du démembrement du Parc Talabot. Il s’agit de la seule résidence privée qu’il dessinera au cours de sa carrière.

INTÉRESSÉ PAR CE BIEN ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires