• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

À vendre

Penthouse avec terrasses panoramiques

Jean Ginsberg

1962

Paris 16e 75

1 445 000 €

121 m² | 2 chambres

Description

Une vue imprenable sur la capitale

Ce sublime penthouse traversant avec terrasses et vue sur la Tour Eiffel et le Sacré-Cœur prend place au sein d’un immeuble réalisé par l’architecte Jean Ginsberg en 1962. Derrière une façade de mosaïque immaculée et sculpturale rythmée par les jeux de volume des balcons imbriqués, l’immeuble déploie des espaces clairs et généreux.

Il se situe au cœur du 16ème arrondissement, près de la Porte d'Auteuil et du Village d'Auteuil. Ce quartier privilégié de Paris a été le « théâtre » du Mouvement moderne et recèle de nombreux trésors architecturaux signés par les plus grandes figures des années 30. Il se trouve à proximité des écoles, des commerces et des transports (bus, métro).

Au dernier étage de l’immeuble, l’appartement développe une surface de 121 m² sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée est traversant et comprend une entrée, une double réception, une salle à manger ouverte sur une terrasse avec vue panoramique et une cuisine équipée. L’étage accueille deux chambres, une salle de bain et un dressing. L'une offre une vue imprenable sur Paris et l'autre s'ouvre sur une terrasse de  23 m². Un parking et une cave complètent l’ensemble.

Des cloisons coulissantes permettent d’isoler l’entrée de la salle à manger et des salons. Les deux terrasses plein ciel offrent à l’Est une vue à 180 ° de la Tour Eiffel au Sacré Cœur, et à l’Ouest une vue tout aussi panoramique jusqu’au Mont Valérien, permettant aux habitants de profiter des couchers de soleils sur le paysage urbain parisien.

Prix demandé : 1 445 000 €. Honoraires à la charge du vendeur. Copropriété. Montant moyen annuel de la quote-part des charges courantes : NC. Aucune procédure en cours.

DPE : NC

Historique

Le quartier d’Auteuil a souvent été un terrain d’expérimentation pour les architectes du 20e siècle. Hector Guimard construit de nombreuses villas dans ce quartier, comme l’Hôtel Deron-Levant (1908) ou l’Hôtel Jassédé (1913). En 1929, Lucien Pollet y réalise la piscine Molitor, un témoignage remarquable de l’architecture art déco.

D’origine polonaise, Jean Ginsberg (1905-1983), étudie l’architecture en France à l’École spéciale d’architecture, où enseigne alors Robert Mallet-Stevens, puis intègre l'atelier de Joseph Marrast à l'École des beaux-arts. Ses études terminées, il travaille quelques mois chez Le Corbusier, puis chez André Lurçat, avant d’ouvrir en 1930 sa propre agence. Sa formation auprès de figures de l’avant-garde influence son œuvre, tant du point de vue esthétique que constructif.

Les immeubles qu’il construit à Paris, destinés à une clientèle aisée, allient des façades modernes et de nouvelles normes de confort. Dans le 16e arrondissement, il réalise plusieurs immeubles dont la modernité est affirmée, comme l’immeuble du 42 avenue de Versailles à l’angle demi-circulaire ou l’immeuble du 5 avenue Vion-Whitcomb à la façade graphique, qu’il construit avec son associé François Heep.

Les lignes modernes de l’immeuble de Jean Ginsberg relèvent d’une « esthétisation du confort », à l’image de la série des immeubles blancs de Michel Roux-Spitz comme celui du 14, rue Guynemer dans le 6e arrondissement (1928).

INTÉRESSÉ PAR CE BIEN ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires