• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

Vendu

Maison moderniste

Atelier Wagram

1958

Le Vésinet 78

Description

Ouverture sur l’extérieur, lumière, volume et mobilier intégré font le charme de cette maison d’architecte typique de la fin des années 1950.

 

Située au Vésinet, la maison s’inscrit dans un environnement naturel préservé et recherché en raison de sa proximité avec Paris. Elle prend place dans un quartier résidentiel et calme, qui offre des écoles, collège et lycée réputés. Depuis la maison, 10 minutes suffisent pour rejoindre la Défense et 25 minutes pour rejoindre la gare de Lyon à Paris en RER.

 

Sans aucun vis-à-vis et entourée par un jardin de 1000 m², cette maison de plain-pied développe une surface de 170 m². Elle se compose d’une grande pièce à vivre exposée sud-ouest avec un très beau volume, une bibliothèque, une cheminée et des baies vitrées donnant sur une terrasse, et d’une salle à manger communiquant grâce à un passe-plat avec une cuisine pourvue d’un accès à une seconde terrasse. Trois chambres dont deux avec accès au jardin, une salle de bains (possibilité d’en créer une supplémentaire), un bureau en cour anglaise et un sous-sol avec garage complètent les espaces raffinés de cette maison.

 

Toutes les pièces sont baignées de lumière grâce à des baies vitrées, des portes-fenêtres ou des bandeaux en hauteur et elles bénéficient de vues sur un agréable jardin arboré de chênes centenaires.

 

Le décor intérieur repose sur des matériaux naturels et bruts comme le bois, la pierre et le béton. Le volume ample du salon ouvert sur la salle à manger, la cheminée à foyer ouvert placée en angle et la présence du mobilier d’origine (bibliothèque, passe-plat et placards muraux) inscrivent cette maison dans le style des années 1950-1960.

 

Possibilités d’extension.

Historique

Les Yvelines, banlieue investie par la bourgeoisie en raison de sa proximité avec la capitale et de sa qualité de vie, ont souvent été un terrain d’expérimentation pour les architectes du Mouvement Moderne. La villa Savoye, à Poissy, construite par Le Corbusier de 1928-1931 est considérée comme un emblème de l’architecture moderne. Le Corbusier y applique les cinq points de l’architecture moderne (les pilotis, le toit-terrasse, le plan libre, la façade libre et les baies en bandeau). Cette villa, véritable manifeste d’une architecture nouvelle fut classée Monument historique en 1964. Le château de Mézy, dit Le Gibet, réalisé par Robert Mallet-Stevens en 1923 à Mézy-sur-Seine et villa Bomsel construite par André Lurçat à Versailles en 1924 démontrent encore la qualité de l’architecture du Mouvement Moderne dans les Yvelines.

 

L’architecture de cette maison qui associe le verre, la pierre et le bois à des lignes épurées, s’inscrit dans une tendance des architectes de la modernité à utiliser des matériaux traditionnels pour adapter l’architecture moderne à des climats et à des cultures spécifiques. Ainsi, en 1931, Le Corbusier construit au Pradet pour Madame Mandrot une maison de vacances aux façades recouvertes de pierres de la région, et il réalise la maison de weekend Henfel à La Celle Saint-Cloud en 1934, dont les façades en meulière l’inscrivent dans une tradition régionale.

 

Après guerre, de nombreux architectes adoptent la même démarche, comme André Lurçat à Sceaux en 1949, André Bloc à Meudon en 1953 ou l’atelier Wagram (M. Ronnaldo, X. Carnoy, N. Topaloff) pour cette maison de 1958.