• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

Vendu

Maison moderniste

Atelier de Montrouge

1965

Ramatuelle 83

Description

Cette charmante maison prend place dans l’ancien village de vacances construit dans les années 1960 par l’Atelier de Montrouge (Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer et Jean-Louis Véret) en collaboration avec Louis Arretche.

 

Le village, constitué de 35 maisons s’étageant vers la mer et desservies par un réseau d’escaliers, de ruelles et de placettes, fut l’un des premiers en France à supprimer la circulation automobile au profit d’une circulation piétonnière. La résidence profite de la philosophie communautaire d’origine et d’équipements comme un court de tennis.

 

A Ramatuelle, sur les hauteurs du Cap Camarat, cette maison parfaitement sécurisée du fait de sa localisation bénéficie d’un emplacement exceptionnel dans la presqu’île de Saint-Tropez. Elle offre une vue mer imprenable ainsi qu’un accès direct à la mer.

 

Exposée au sud, la maison développe une surface de 130 m² sur deux niveaux. Elle comprend un séjour donnant sur une terrasse de 50 m², une cuisine ouverte, une quatre chambres et deux salles de bains. La terrasse permet de bénéficier de la vue et du soleil et de passer les heures estivales les plus chaudes à l’ombre.

 

Le béton, la pierre et le bois, employés dans la construction de toutes les maisons, participent à l’harmonie du village : les menuiseries des portes, des fenêtres, des volets et des persiennes sont en pin d’Oregon verni ; les murs sont en béton brut ou enduits de chaux ; les toitures, les patios, les terrasses et les places sont traités en jardin, couverts de dalles de pierre ou d’un carrelage en terre cuite.

 

Cette résidence, opération remarquable d’urbanisme et d’architecture, bénéficie du label « Patrimoine du XXe siècle » décerné par le ministère de la Culture et de la Communication.

Historique

Connue pour son paysage littoral très préservé offrant de nombreuses plages, la côte varoise est riche en architecture moderne et contemporaine : Robert Mallet-Stevens y a réalisé la mythique villa Noailles à Hyères en 1925-1927, François Spoerry, la villa de lagunes de Port-Grimaud en 1966 et Rudy Ricciotti, de spectaculaires villas ces dernières années.

 

Réalisé de 1959 à 1966, le village de Cap Camarat reflète l’engagement pionnier de l’Atelier de Montrouge dans le débat sur l’aménagement du littoral, pour la sauvegarde des paysages naturels et la mise en œuvre d’ensembles de loisirs de qualité. Les matériaux utilisés – béton brut, moellons, enduits blancs - renforcent le caractère méditerranéen de cette architecture brutaliste. Pour l’Atelier de Montrouge, les ensembles d’habitations doivent rencontrer trois objectifs: «s’intégrer harmonieusement au paysage, favoriser la vie sociale tout en protégeant la vie privée, proposer des espaces et des groupements différenciés, d’une esthétique moderne renouant avec l’esprit de l’architecture traditionnelle».

 

L’Atelier de Montrouge (1958-1981) fondé par Jean Renaudie (1925-1981), Pierre Riboulet (1928-2003), Gérard Thurnauer (né en 1926) et Jean-Louis Véret (né en 1927) a produit un travail innovant sur la ville en tant qu’urbanistes des années 1960 à 1980. Parmi leurs réalisations figurent notamment la bibliothèque « La Joie par les livres » de Clamart (1963-1965), les logements EDF d'Ivry-sur-Seine (1963-1967), le Centre éducatif et culturel « Les Heures Claires » d'Istres (1970-1977) et le Centre de formation EDF aux Mureaux (1972-1980).

 

1. Catherine Blain (dir.), Dominique Delaunay, Joseph Abram, Xavier Douroux, Serge Moscovici et Danièle Voldman, L'Atelier de Montrouge : la modernité à l'oeuvre (1958-1981), Paris, Actes Sud - Cité de l'architecture et du patrimoine, 2008, p. 147.

BIBLIOGRAPHIE

Catherine Blain (dir.), Dominique Delaunay, Joseph Abram, Xavier Douroux, Serge Moscovici et Danièle Voldman, L'Atelier de Montrouge : la modernité à l'oeuvre (1958-1981), Paris, Actes Sud - Cité de l'architecture et du patrimoine, 2008.