• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

À vendre

Maison moderne familiale

André Lurçat

1951

Sceaux 92

1 575 000 €

169 m² | 4 chambres

Description

Cette maison de famille moderne a été construite entre 1949 et 1951 par André Lurçat. Dernière demeure du célèbre architecte qui y réside les vingt dernières années de sa vie, elle est inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 2010.

Elle profite d’une situation exceptionnelle et d'un environnement calme et verdoyant à Sceaux, à 10 minutes en RER de Cité Universitaire.

En situation dominante sur un terrain de 850 m² abondamment arboré, la maison développe une surface de 168,55 m² répartie sur deux niveaux desservis par une entrée à mi-palier côté rue.

Le rez-de-chaussée accueille les espaces de vie orientés plein sud et ouverts sur le jardin et une belle terrasse abritée par un auvent de béton ajouré. Ceux-ci se composent d’un salon-salle à manger avec cheminée intégrée et mobilier sur dalle dessiné par l’architecte, d’une cuisine et d’une chambre avec salle de bain. L’étage comprend quatre chambres donnant sur le jardin, dont l’ancien atelier d’André Lurçat. Leurs fenêtres en bandeau cadrent les vues sur le paysage. Une buanderie avec point d’eau transformable en salle d’eau complète ce niveau. La maison comprend également une cave et un garage.

Son plan rationnel et compact exploite parfaitement l’orientation idéale de son terrain ainsi que sa légère déclivité vers le parc. En façade, l’articulation graphique des volumes, les décrochés, les encadrements sobres marquant les ouvertures et le dialogue entre le béton coloré et la pierre de Mériel confèrent à l’ensemble un aspect sculptural et résolument moderne, dans la lignée des recherches d’André Lurçat sur l’habitat individuel.

Des travaux de rénovation sont à prévoir.

 

Prix hors honoraires : 1 500 000 € - Honoraires d’agence à la charge de l’acquéreur : 5 %.
Pleine propriété. DPE : E - GES : F.

Historique

André Lurçat propose ici un prototype de maison individuelle caractérisé par sa sobriété et  son fonctionnalisme. Il y emploie des éléments standardisés préfabriqués originellement créés pour la reconstruction de la ville de Maubeuge (1948-1958) et pour la construction d’habitations peu onéreuses en région parisienne. On retrouve dans cette maison un condensé de ses idées sur l’organisation intérieure d’une habitation simple et familiale, son équipement et son expression plastique.

Durant l’Entre-deux guerres, André Lurçat est un des représentants les plus remarqués du Mouvement Moderne en France. Formé à l’Ecole des beaux-arts de Nancy puis collaborateur de Mallet-Stevens, il participe à la section architecture du Salon d'Automne et préside en 1928 les premiers Congrès internationaux d'architecture moderne avec Le Corbusier.

Ses premières constructions sont le plus souvent des maisons-ateliers destinées aux artistes. Par l’intermédiaire de son frère Jean Lurçat, grand rénovateur en France des techniques de la tapisserie, il reçoit les commandes d’artistes désireux d’habiter dans des villas modernes. Il réalise ainsi huit maisons dans la villa Seurat, célèbre cité d’artistes à Paris, ainsi que la fameuse villa Guggenbühl, construite pour le peintre suisse du même nom, entre 1924 et 1927.

L'architecte réalisera aussi de plus amples projets tels que l'hôtel Nord-Sud à Calvi (1929), le groupe scolaire Karl-Marx à Villejuif (1932) ou en 1945, le plan d'aménagement de la ville de Maubeuge (reconstruction), mais c'est essentiellement grâce à ses expériences novatrices des années 1920 qu'André Lurçat appartient à l'histoire de l'architecture moderne.

 

BIBLIOGRAPHIE

COHEN Jean-Louis, André Lurçat, 1894-1970. Autocritique d'un moderne, Liège, Mardaga, 1995.

JOLY Pierre et Robert, L'architecte André Lurçat, Paris, Picard, 1995.

Fonds André Lurçat  (200 IFA), Cité de l’Architecture et du Patrimoine : https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_LURAN

INTÉRESSÉ PAR CE BIEN ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires