• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de
  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

À vendre

Maison « Gratte-Ciel » avec solarium

Le Corbusier

1927

Pessac 33

580 000 €

Inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO

Description

Un témoignage remarquable du patrimoine architectural moderne français

Cette maison de type « Gratte-Ciel » fait partie de la célèbre cité-jardin des « Quartiers Modernes Frugès » à Pessac réalisée par Le Corbusier en 1926-1927. Ce site exceptionnel constitue une véritable révolution tant sur le plan de l’habitat que sur celui de l’architecture.

Elle se situe près du centre-ville de Pessac, à 20 min environ du centre de Bordeaux et à 2h de Paris en train.

La maison développe une surface habitable d’environ 100 m² sur trois niveaux. Le premier étage accueille l’espace de vie composé d’un salon avec cheminée, d’une salle à manger et d’une cuisine. Le deuxième étage comprend deux chambres dont une grande potentiellement divisible ainsi qu’une salle d’eau. Le rez-de-chaussée abrite un espace aménageable pouvant accueillir deux pièces supplémentaires ou un studio indépendant.

Surmontée d’un superbe toit-terrasse solarium, elle profite d’un joli jardin arboré.

Elle est construite sur un principe structurel proche de la maison « Dom-ino » (1914) et présente une ossature associant poutres et murs, ouvrant de grandes possibilités dans la conception des façades et la configuration des plans.

Cette maison iconique fait partie des cinquante habitations construites dans le quartier selon des styles variés: “zig-zag”, “quinconce”, “jumelle”, “gratte-ciel”, “arcade”, “Vrinat” et “isolée”. On y retrouve plusieurs des cinq points définis par Le Corbusier pour « une architecture nouvelle » : le plan libre rendu possible par l’usage de poutres en béton armé qui permet d’organiser les espaces en dehors de toute contrainte constructive ; la fenêtre en bandeau qui court sur la longueur de la façade et permet un cadrage du paysage ; et le toit terrasse qui dégage un espace supplémentaire et permet l’aménagement d’un toit jardin.

Historique

Cet ensemble architectural est le fruit de la rencontre de deux personnalités : le commanditaire du projet, Henri Frugès, un industriel sucrier de Bordeaux, curieux de toutes les innovations artistiques et architecturales et Le Corbusier, architecte urbaniste avant-gardiste, qui abordait les problèmes liés à l’urbanisme, l’habitat collectif et les maisons standardisées et venait de publier en 1923 son livre « Vers une architecture ».
De leurs échanges et de la réflexion de Le Corbusier, adoptant des principes fonctionnels et des formes géométriques, simples et dépouillées, naîtra la cité de Pessac et ses cinquante pavillons construits en 1926-1927, 1ère partie d’un vaste projet de 250 villas où Le Corbusier a pu mettre en œuvre ses idées sur l'urbanisme, sur l'industrialisation et la standardisation.

Des techniques nouvelles et des conceptions sociales ont trouvé là leur application pratique. Parmi les nouveautés : canon à ciment, jardins suspendus, garages intégrés et d'autres commodités à l'avant-garde du progrès : salle d'eau et douche, WC intérieurs, cuisinière, chaudière fournissant l'eau chaude et courante, calorifère pour l'air chaud. Les maisons étaient résolument modernes pour l’époque.

Le Corbusier édifiera également la cité ouvrière de Lège-Cap-Ferret (1923-1924) à la demande de l'industriel bordelais Henry Frugès. Esquissé à Lège, le programme des « Quartiers Modernes Frugès » à Pessac apparaît comme la première expérimentation d'une théorie globale de l'habitat moderne. C’est pourquoi il revêt une importance capitale d’un point de vue historique et est aujourd’hui inscrite depuis juillet 2016 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Transformée par les habitants pour s’adapter à leur mode de vie, la cité-jardin des « Quartiers Modernes Frugès » retrouve peu à peu son aspect d'origine grâce à des recommandations architecturales simples qui assurent la sauvegarde de l'ensemble.

INTÉRESSÉ PAR CE BIEN ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires