• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

Vendu

Maison contemporaine

Jacques Moussafir

1998

Suresnes 92

Description

On doit cette maison contemporaine au style dynamique et affirmé à Jacques Moussafir, figure majeure de la création architecturale française, membre du collectif French Touch. Il la réalise en 1998 pour un couple amateur d’architecture et de nouvelles matières, sensible aux travaux de Zumthor, Le Corbusier, Mies van der Rohe ou Kahn pour leur maîtrise de la lumière et de l’espace.

 

La maison se situe sur les hauteurs de Suresnes dans les Hauts-de-Seine, au cœur d’un quartier calme et résidentiel.

 

D’une surface de 180 m², la maison, en retrait par rapport à la rue, conjugue lumière, vues, intimité, convivialité, ouverture sur l’extérieur et praticité. Elle articule deux volumes, traités différemment et recevant chacun une fonction propre.

 

Le volume principal, tel un écrin percé de quatre grandes baies toute en hauteur, s’élève sur un socle compact. Il comprend au premier étage un grand espace de vie de 4 m de hauteur sous plafond, se prolongeant par une vaste terrasse et une cuisine. Le rez-de-chaussée dispose de deux chambres d’enfants avec salles de bain, d’une chambre parentale et d’un atelier. Celui-ci bénéficie d’un double éclairage (latéral et zénithal) et ouvre sur un petit jardin japonisant.

 

Un second volume sculptural, lumineux et suspendu, permet l’accès à la maison. Il se compose d’une entrée et d’un escalier le long de la façade latérale nord. C’est un lien entre les niveaux, l’intérieur et l’extérieur. Sa sous face abrite un accès à la cave.

 

La maison propose une série de séquences et de transitions entre les différents espaces et s’attache à créer un lien depuis l’intérieur vers son environnement, un jardin paysagé proposant différentes ambiances.
Dans le séjour, une façade vitrée doublée d’une bibliothèque filtre la lumière. La tradition classique des ouvrants et fermants y est inversée: ce sont les pleins en iroko qui s’ouvrent sur toute leur hauteur vers l’extérieur. Les panneaux de verres assemblés par un joint silicone, sont fixes.

 

Représentative des années 90, en partie par le choix des matériaux (sols en résine et en béton, panneaux translucides en polycarbonate) et son style affirmé, cette réalisation architecturale demeure une pièce urbaine marquante dans le paysage pavillonnaire des hauteurs de Suresnes. Innovante dans la forme sculpturale de la maison, comme dans les choix techniques et la gestion des détails, elle a fait l’objet de plusieurs articles dans la presse spécialisée.

Historique

Les Hauts-de-Seine, banlieue recherchée en raison de sa proximité avec Paris et de sa qualité de vie, sont un terrain d’expérimentation recherché par les architectes. Comme à Boulogne-Billancourt, les architectes du Mouvement Moderne, Le Corbusier, Robert Mallet-Stevens, Auguste Perret ont réalisé à Suresnes des villas d’exception. C’est dans cette ville que les architectes Eugène Beaudoin et Marcel Lods ont construit « l’école en plein air » (1935), classée Monument historique, qui fait figure de manifeste des théories hygiénistes des années 1930, avec des classes installées dans un jardin arboré qui ouvrent sur trois côtés par des parois vitrées. Plus récemment, des architectes contemporains comme Jean-Pierre Caillères ou Jacques Moussafir ont conçu à Suresnes des maisons unanimement reconnues pour leur valeur architecturale.

 

Figure majeure de la création architecturale française, Jacques Moussafir est également vice-président du collectif French Touch, représenté à la 11e Biennale d'Architecture de Venise en 2008. French Touch est née en 2007 de l'envie d’architectes de se rencontrer pour échanger sur les projets en cours ou réalisés. Jacques Moussafir, Beckman & N'Thépé, Hamonic + Masson, Pangalos et Dugasse, Périphériques Architectes, Plan01(KOZ, atelier du pont, BP architecture, Philéas) ont intégré le groupe dès le début. Marrec et Combarel, Philippe Gazeau, Xavier Gonzalez, RH+, Olivier Fassio et Emmanuel Saadi les ont rejoints par la suite.

 

Le projet de « maison A et studio B » développé par le magazine Architectures à vivre en 2006 a permis au grand public de découvrir le travail de Jacques Mousafir. En agrandissant et en restructurant une habitation du XIXe siècle, l’architecte a conçu à Paris une maison domotisée, moderne, intelligente et respectueuse de l'environnement.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Annuel optimiste d'architecture, optimistic architecture yearbook, Editions de La French Touch, 2008.

 

Small Houses, Série Evergreen, Editions Taschen, 2005.

 

May Cambert, The Top Young European Architects, Atrium Publishers Group, 2005.

 

Constructions de petites échelles, Collection Mini PA n°29, Editions du Pavillon de l'Arsenal, Paris, 2002.

 

Flavia Nasio, « Suresnes cube interface » , in D'A. D'Architectures, n° 105, octobre 2000, p. 54-55.
Joël Cariou, Maisons d'architectes, Vol. 3, Editions Alternatives, 1998.