• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

Vendu

Maison brutaliste

Guy Bisson

1973

Proche Sablé-sur-Sarthe 53

Description

Cette maison à l’architecture brutaliste réalisée en 1973 par l’architecte Guy Bisson constitue un témoignage rare de la pensée et de l’esthétique architecturale du Mouvement moderne en Sarthe.

 

Elle se situe près de Sablé-sur-Sarthe en Mayenne, à 1h30 de Paris en TGV.

 

Bâtie sur un promontoire couronnant une ancienne carrière de marbre et dominant un étang, cette maison jouit d'une vue impressionnante sur la nature alentour. D’une surface de 210 m², elle dispose d’espaces ouverts et fluides qui la rendent très conviviale : un grand volume sur deux niveaux réunit la salle à manger, le salon, un coin cheminée et la cuisine. La maison comprend également deux chambres et deux salles de bains.

 

Ceinturée de baies vitrées et ponctuée de puits de lumière zénithaux (coque, lanterneaux), la maison est particulièrement lumineuse et totalement ouverte sur la nature. Elle invite à la sérénité. Les façades, rythmées par le Modulor, se caractérisent par de puissantes horizontales de brique qui donnent à la maison son esthétique brutaliste si singulière.

 

La propriété comprend une seconde maison de 85 m² construite quelques années plus tard dans le même style. Celle-ci se compose d’un salon, d’une cuisine, de deux chambres et d’une salle de bains. Un chalet en bois près de l'étang peut également accueillir des convives.

Historique

Guy Bisson (né en 1932 à Philippeville en Algérie) entreprend des études d’architecture à l’école des beaux-arts d’Alger et les achève à Paris en 1958. Il fonde son agence en 1961, après avoir été stagiaire chez Roland Simounet et Pierre Dufau puis assistant de Pierre Vivien.

 

Des années 1960 aux années 1980, l’activité de Guy Bisson se partage entre la région parisienne où il édifie des équipements scolaires dans les villes nouvelles et la Sarthe où il fait figure de spécialiste des édifices liés à la santé. En Ile-de-France comme en Pays de la Loire, il se pose en pionnier intervenant sur des sites vierges ou des quartiers en émergence.

 

Formé auprès d’architectes influencés par le Bauhaus, ralliés aux principes de Le Corbusier et attentifs au talent d’Aalto, de Kahn, de Neutra et de Wright, Guy Bisson en prend le meilleur pour créer une œuvre personnelle qu’illustrent bien ses réalisations sarthoises. Ces bâtiments –centres hospitaliers, maisons de retraite et maisons individuelles – se distinguent par l’utilisation de la brique alliée au béton et par des espaces intérieurs soignés et généreusement éclairés. En Sarthe, ses édifices sont d’autant plus remarquables qu’ils sont pour la plupart les seuls témoignages de la pensée et de l’esthétique architecturale du Mouvement moderne.

 

Guy Bisson recevra en 1967 le Prix d’architecture de la biennale de Paris pour une maison bâtie dans le Roussillon et sera nominé en 1983 pour l’Equerre d’argent, prix décerné par Le Moniteur.