• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

Vendu

Appartement moderne

Robert Mallet-Stevens

1926

Paris 16e 75

Description

Remarquable témoignage Art déco, cet appartement situé dans l’hôtel particulier des sculpteurs Jan et Joël Martel est l’œuvre de Robert Mallet-Stevens. La collaboration de l’architecte avec Jean Prouvé et l’atelier Barillet à la réalisation de cet ensemble en fait une œuvre d’art totale.

 

Situé dans le 16e arrondissement à Paris, cet appartement d’une surface de 72 m² comprend une cuisine et un salon prolongé par un balcon, une grande chambre avec un dressing et une salle de bains. Il offre également une très agréable terrasse de 50 m².

 

S’il a conservé ses volumes et décors d’origine comme le mobilier dessiné par l’architecte, cet appartement fait l’objet d’une rénovation complète par le décorateur Christian Liaigre.

 

Le vocabulaire propre à Mallet-Stevens est bien lisible en façade : des volumes cubiques, de nombreux décrochements et une surface lisse et blanche. Un soin particulier a été porté au dessin des entrées dessinées par Jean Prouvé et aux espaces communs. Dans la cage d’escalier, on peut admirer un somptueux vitrail composé de différents verres laminés aux reliefs variés réalisé par le maître verrier Louis Barillet. Une architecture rare, classée Monument historique, dans un environnement calme et privilégié.

Historique

Terrain d’expérimentation des plus grandes figures du XXe siècle, le 16e arrondissement recèle de nombreux trésors architecturaux. Auguste Perret y a réalisé le fameux immeuble du 25 bis rue Franklin, Hector Guimard l’Hôtel Deron-Levant (1908) et l’Hôtel Jassédé (1913), Le Corbusier les villas avant-gardistes La Roche et Jeanneret (1924). On doit à Lucien Pollet la piscine Molitor (1929), à Jacques Carlu le Palais de Chaillot (1937), à Robert Mallet-Stevens plusieurs hôtels particuliers, remarquables témoignages de l’architecture des années 1930.

 

Robert Mallet-Stevens (1886-1945) est avec Le Corbusier et André Lurçat l’un des principaux tenants du « Style International » à Paris et le fondateur de l’Union des artistes modernes en 1930. Il est l’auteur de diverses résidences privées de luxe pour une clientèle d’amateurs fortunés, banquiers et grands collectionneurs: la villa Barillet, square Vergennes à Paris, la villa Cavrois à Croix dans le Nord, la Villa Noailles à Hyères ou la maison Collinet à Boulogne, mais son œuvre la plus importante reste la rue qui porte son nom dans le 16e arrondissement. Le Centre Pompidou lui a consacré une exposition mographique en 2005.

 

Louis Barillet (1880-1948) crée en 1919 son atelier de maître verrier. Au cours des années 1920-1930, il forge le renouveau du vitrail civil et religieux en France en développant un langage plastique inédit, le « vitrail blanc » réalisé à partir de verres imprimés fournis par l'industrie. En communion d'idées avec le mouvement moderne, il collabore aux premières manifestations expérimentales de l'avant-garde parisienne aux côtés d’architectes tels que Robert Mallet-Stevens.

 

Christian Liaigre est un des décorateurs les plus courtisés aujourd’hui. Il a signé la décoration d’hôtels à New York, à Bora-Bora et les maisons de Kenzo, Karl Lagerfeld, Marc Jacobs et Ralph Lauren. En 1990, il signe l'aménagement à Paris de l'hôtel Montalembert. En 1997, il imagine l'hôtel Mercer de SoHo à New York avec des chambres-lofts et un mur bibliothèque rempli d'ouvrages de photographes et de designers en vue. Il imagine tout aussi bien des intérieurs que des collections de meubles. Son style est un savant mélange entre contemporain et épure. Sa matière fétiche, le bois et en particulier le wengé, bois sombre et africain, a fait la réputation de sa maison.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Cinqualbre, Olivier (dir.), Robert Mallet-Stevens, L’œuvre complète, Edition du Centre Pompidou, Paris, 2005.

 

Maison Christian Liaigre, Flammarion, Paris, 2004.