• Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

  • Photo de Architecture de Collection

    © Architecture de Collection

À vendre

Appartement avec terrasse

Max Bourgoin

1978

Avignon 84

750 000 €

200 m² | 4 chambres

Description

Ce superbe appartement se situe dans l’emblématique résidence de standing San Miguel réalisée entre 1968 et 1978 par l’architecte Max Bourgoin. Elle a été labellisée Architecture contemporaine remarquable en 2000.

A 20 minutes en voiture de la gare TGV, la résidence profite d’une situation idéale au cœur de la cité historique d'Avignon, dans une rue calme à proximité de la rue des Teinturiers.

L’appartement développe une surface d’environ 200 m² et comprend un séjour ouvert sur une terrasse végétalisée de 115 m² avec vue sur Avignon et le Palais des Papes, une cuisine séparée, 4 chambres dont une avec balcon, 2 salles de bain, un dressing, et un cellier de 5 m². Un garage complète l’ensemble.

L’architecte signe une réalisation composite à l'éclectisme affirmé. Les différentes ailes de l'édifice s’articulent autour d’une grande cour intérieure ensoleillée, séparée de la rue par un bâtiment bas qui accueille une galerie et des bureaux. Un jeu de passages, de porches et de patios invite à déambuler dans cet ensemble aux espaces colorés, offrant un cadre de vie d'exception. Max Bourgoin s’est attaché à travailler l’enveloppe des bâtiments de façon artisanale. La pierre et l'enduit se parent d’effets de matière, de textures griffées, de bas-reliefs, de cabochons de céramique enchâssés ou de mosaïques colorées aux motifs naïfs. Les façades s’ornent également d’éléments structurels et décoratifs en bois, en métal ou en céramique - autant d’hommages au savoir-faire des artisans de la région qui font de cet ensemble "inspiré" une oeuvre d'art totale.

 

Prix demandé : 750 000 €. Les honoraires TTC sont inclus à la charge du vendeur.
Copropriété. Nombre de lots : en cours. Pas de procédures en cours. Charges annuelles de copropriété : 4 260 €.
DPE : en cours. GES : en cours.

 

HISTORIQUE

Architecte atypique exclusivement actif dans la région du Vaucluse et autour d’Avignon, Max Bourgoin (1914-2009) est l’auteur d’une œuvre en marge de toute mode ou courant. Elève ingénieur aux Arts et Métiers d’Aix-en-Provence avant la guerre, il intègre l’atelier de Roger-Henri Expert à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1937 puis est mobilisé en 1939 dans une unité d’observation en Belgique. Il commence à exercer l’architecture au lendemain de la Libération en 1946 à Avignon. Il s’associe avec son ami et condisciple Albert Conil (1913-1978) avec qui il réalise de nombreux ensembles de logements et des dizaines d’équipements publics dans le cadre de la Reconstruction du Vaucluse, dont il a été un acteur important. Pour ces projets, il mise notamment sur l’industrialisation afin d'optimiser la qualité des espaces de vie.

Max Bourgoin se sépare de son associé au début des années 1960 et s’installe à Avignon où il entame une période de construction libérée du rationalisme de ses débuts. Il développe alors une approche expérimentale axée sur l’intégration du bâti à l’environnement et sur l'enveloppe des bâtiments. A partir de 1965, il collabore avec le Crédit agricole et Groupama pour lesquels il construit de nombreuses agences. Très actif de 1968 à 1978, il construit notamment le mess des officiers d’Apt et la résidence du San Miguel, dont il acquiert le terrain avec son épouse. A la fois commanditaire et architecte de ce projet manifeste, il y explore une écriture architecturale très personnelle, teintée de primitivisme, où modernité et rationalité s'allient à des pratiques artisanales traditionnelles.

En parallèle, il s'engage activement en faveur de la démocratisation de l’architecture, de la sauvegarde du patrimoine et crée l’antenne de l’association Maisons Paysannes de France dans le Vaucluse.

INTÉRESSÉ PAR CE BIEN ?

Les champs marqués d'un * sont obligatoires