• Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de Loriane Bouillet

    © Loriane Bouillet

  • Photo de D.R.

    © D.R.

  • Photo de D.R.

    © D.R.

  • Photo de D.R.

    © D.R.

  • Photo de D.R.

    © D.R.

Immeuble rue Franklin

Auguste Perret

1904

Maison mythique

 

Auguste Perret

Après un court passage à l'Ecole des Beaux-arts, Auguste Perret (1874-1954) reprend, avec ses frères Gustave et Claude, l'entreprise de construction paternelle pour laquelle il cherche à développer les techniques nouvelles. L'architecte montre une maîtrise étonnante dans l'utilisation du béton armé, un matériau encore mal connu. En 1904, il imagine pour l'immeuble familial du 25 bis, rue Franklin à Paris, une ossature de béton qui lui permet de disposer à sa guise de l'espace intérieur et crée ainsi le " plan évolutif ". La même année, il construit selon un système identique le garage de la rue de Ponthieu (détruit), où le béton est laissé nu. Au théâtre des Champs-Élysées (1913), le matériau conquiert ses lettres de noblesse. Une conception nouvelle de la structure définit l'architecture du lieu. Cette pièce maîtresse dans l'histoire de l'architecture et de la construction sera d'ailleurs le premier édifice du 20e siècle classé au titre des Monuments historiques. Après cette date, l'ouvre de Perret est exclusivement vouée aux possibilités techniques et esthétiques du béton. Elle comprend notamment l'église Notre-Dame du Raincy (1922), plusieurs ateliers d'artistes, celui de Dora Gordine, à Boulogne (1926) ou celui de Chana Orloff, Villa Seurat (1927), la salle de l'Ecole Normale de musique, rue Cardinet à Paris (1930), le Garde-Meuble du Mobilier national (1931), le Musée des Travaux Publics (1937, actuel siège du Conseil économique). Si l'architecte reste fidèle à la tradition classique, il la renouvelle par la franchise avec laquelle il utilise le béton armé. Après la Seconde Guerre mondiale, Perret se consacre à la reconstruction de la ville d'Amiens et de celle du Havre, récemment inscrite au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO.